Mes livres et moi

Lire, ressentir, partager


Pourquoi débuter un blog littéraire? Quand le bonheur de lire devient si fort que vous ne pouvez plus le garder pour vous...

                                            Trente années de lecture.

                 Cela fait plus de trente ans que j'ai découvert la magie de la lecture. Chaque fois que j'ouvre un livre, c'est pour moi un enchantement. Je n'exagère pas. Il y a ce moment où l'on choisit son oeuvre, où l'on commence à imaginer ce qu'elle sera, où le titre se promène dans notre esprit nous orientant ou nous éconduisant. Et puis, on saisit son livre, et on s'en approche avec une certaine distance prudente puis peu à peu notre esprit s'immerge. Parfois, le rendez-vous est là et notre âme entière est enserrée. Nous ne voulons plus quitter les personnages, nous freinons notre lecture.

                   La littérature est pour moi un voyage que je peux entreprendre chaque jour qui s'écoule. Il y a tant à lire, tant à découvrir, tant d'univers passionnants! J'ai d'abord lu à l'école comme chacun. Je me souviens encore de quelques oeuvres, éléments déclencheurs du plaisir des mots, du bonheur de savourer des sonorités, des images. J'y reviendrai lors d'un prochain article.

Et puis, il y a eu la découverte de la poésie, avec mon grand-père. Un seul poème qu'il me récitait par coeur presque chaque fois que je me rendais chez lui. Demain dès l'aube de Victor Hugo. Je le voyais si empli de passion lorsqu'il me le déclamait! Pour moi, c'était quasi incantatoire.

Et puis, adolescente, il y eut les oeuvres découvertes par hasard, souvent des récits de vie. Un coup de poing: L'herbe bleue . Il y eut la phase des romans à l'eau de rose avec la collection Harlequin et les Cartland! Et puis celle des récits d'aventure, des récits policers...

          Le lycée. Un professeur incroyable qui nous lisait Les Châtiments de Victor Hugo. Chaque vers était comme une secousse pour moi. Quelle beauté, quelle passion, quelle force, quelle colère, quel désespoir, quel engagement! Tant d'émotions mêlées m'animaient. J'ai alors su que la littérature serait un refuge. Mon refuge.

Et puis, les oeuvres "obligatoires" du programme que je n'ai pas toujours aimées car trop jeune encore pour les apprécier. Une sympathie pour  Don Juan de Molière, Les caractères de La Bruyère et leur succulente ironie, Voltaire, Tristan et Yseult, un véritable coup de coeur. Antigone.

              Enfin, l'université de lettres. Véritable claque. Une prise de conscience d'un vaste univers dont je ne percevais qu'une infime partie. Littérature du pacifique, calédonienne, australienne, aborigène et puis les récits de voyage, la poésie médiévale, les textes en ancien français, la poésie féminine du XVI ème siècle, le théâtre de l'absurde, Giono, Hugo avec Notre Dame et puis L'Enéide de Virgile, Phèdre de Racine, la littérature russe avec Dostoievski, des critiques littéraires aux noms dont j'ignorais tout, Backtine, Richard, Propp...Et une rencontre merveilleuse: Montaigne.

Et puis la littérature gothique, véritable découverte, le roman noir, le fantastique. La littérature de la négritude, Césaire, Senghor et d'autres encore.

Tout cela, ensemble, mélangé, de module en module. Il y avait tant à lire, à découvrir, à comprendre, à situer.

Mais surtout une histoire d'amour qui naîtra à partir des premières lignes de Salammbô: "C'était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar." Flaubert. La littérature n'était plus un refuge, elle était devenue le biais d'une émancipation.

                          Le concours du CAPES et encore une découverte Germinal. Lu pour moi seule, une parenthèse lors de la préparation de ce concours. Enfermée 48 heures. J'étais médusée. Et puis un bonheur absolu avec Mme Bovary, oeuvre sublime, où chaque mot, chaque phrase est pour moi une friandise.

                D'autres rencontres depuis, notamment Beauvoir l'an passé, Duras.

                       L'univers de Tolkien que je distille très lentement.

Ces écrivains m'habitent et ont formé mon goût littéraire, ont nourri mes reflexions et la personne que je suis. Alors j'ai réalisé que tout cela était présent quotidiennement, que ça circulait en moi mais je sentais qu'il me manquait une partie constructive, créative. Comme un magma de mots, d'idées, de réflexions que je souhaitais partager comme pour mieux les réaliser, mieux les comprendre mieux les éprouver.

Avant tout, je tenais à préciser que ce blog littéraire se veut le lieu de mon cheminement qui d'ailleurs, sera souvent désorganisé car la littérature est un lieu de découvertes et de rencontres impromptues. Il y a le livre que vous commencez, celui que vous interrompez, ceux que vous lisez en même temps, celui que vous voulez impérativement achever et puis ceux qu'on vous prête, ceux qu'on achète parfois de façon impulsive et compulsive et que finalement, nous lirons des années plus tard!

                     Mes réflexions sont le fruit de mes impressions personnelles, je ne fais pas toujours les recherches qui s'imposeraient pour étayer mes propos. Je ne me situe pas dans le cadre de l’écriture d’un commentaire universitaire qui serait alors illustré et enrichi d’une foule de propos critiques car il est évident que les travaux de recherches foisonnent. Dans mes articles, je fais le choix de me laisser guider par mon ressenti littéraire, mes impressions primitives. Ce qui m’intéresse c’est de retrouver la sensation première de tout lecteur, celle des émotions ressenties et des réflexions qui en découlent. Parfois, j'analyserai, d'autres fois j'apporterai des contenus plus solides si le temps me le permet, souvent je ne partagerai qu'un extrait, une phrase, un vers.

Le maître mot pour moi est avant tout le plaisir, du bonheur ressenti au bonheur partagé.

Je vous souhaite de merveilleuses lectures

Avec passion

14/10/19 

C. Schreyer

Trois liens pour échanger littérature et écouter des textes

Ma page Facebook  "Mes livres et moi"  https://www.facebook.com/Sesylereysher/

Et sur Twitter " Mes livres et moi" https://twitter.com/home

Podcast sur spotify et anchor : "Ce soir je lis pour vous"